AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Bienvenue au chateau de Périgueux


Partagez | 
 

 Fabliaux

Aller en bas 
AuteurMessage
Melior
Ancien Régnant
avatar

Nombre de messages : 1143
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Fabliaux   05.08.08 8:21

Le vilain mire (ancien français)

Citation :
Jadis estoit uns vilains riches,
Qui mout estoit avers et chiches ;
Une charrue adès avoit,
Tos tens par lui la maintenoit
D'une jument et d'un roncin;
Assez ot char et pain et vin
Et quanques mestier li estoit,
Mes por fame que pas n'avoit
Le blasmoient mout si ami
Et toute la gent autressi :
Il dist volentiers en prendroit
Une bonne, se la trovoit ;
Et cil dient qu'il li querront
La mellor que il troveront.

El païs ot .I. chevalier,
Viez hom estoit et sanz moillier,
S'avoit une fille mout bele
Et mout cortoise damoisele,
Mès por ce qu'avoirs li failloit,
Li chevaliers pas ne trovoit
Qui sa fille li demandast,
Que volentiers la mariast
Por ce que ele estoit d'aage
Et en point d'avoir mariage.
Li ami au vilain alerent
Au chevalier, et demanderent
Sa fille por le païsant
Qui tant avoit or et argent,
Plenté forment et planté dras.
Il leur dona isnel le pas
Et otroia cest mariage.
La pucele qui mout fu sage,
N'osa contredire son pere,
Quar orfeline estoit de mere,
Si otroia ce qui li plot,
Et fi vilains plus tost qu'il pot
Fist ses noces et espousa
Celi cui forment en pesa,
S'ele autre chose en osast fere.
Quant trespassé ot cel afere
Et des noces et d'autre chose,
Ne demora mie grant pose
Quant li vilains se porpenssa
Que malement esploitié a :
N'aferist mie à son mestier
D'avoir fille de chevalier;
Quant il ira à la charrue
Li vassaus ira lez la rue
A cui toz les jors ot foiriez.
Et quant il sera esloingniez
De sa meson, li chapelain
Vendra tant et hui et demain
Que sa fame li foutera,
Ne jamès jor ne l'amera
Ne ne le prisera . II. pains :
« Las ! moi chetiz, » fet li vilains,
« Or ne me sai je conseillier,
Quar repentir n'i a mestier. »
Lors se commence à porpensser
Comment de ce la puist garder :
« Dieus ! » fet il, « si je la batoie
Au matin quant je leveroie :
Ele plorroit au lonc du jor,
Je m'en iroie en mon labor.
Bien sai, tant con ele plorroit,
Que nus ne la donoieroit.
Au vespre quant je revendrai,
Por Dieu merci la prierai,
Je la ferai au soir haitie
Mès au matin ert courroucie.
Je prendrai ja à li congié,
Se je avoie un poi mengié. »
Li vilains demande à disner :
La dame li cort aporter;
N'orent pas saumon ne pertris :
Pain et vin orent, et oes fris,
Et du fromage à grant plenté
Que li vilains ot amassé.

Et quant la table fut ostée,
De la paume qu'ot grant et lée
Fiert si sa fame lez la face
Que des doiz i parut la trace,
Puis l'a prise par les cheveus
Li vilains qui mout estoit feus,
Si l'a batue tout ausi
Con s'ele l'eüst deservi;
Puis vait aus chans isnelement,
Et sa fame remest plorant.
« Lasse, » fet ele, « que ferai ?
Et comment me conseillerai ?
Or ne sai je mès que je die,
Or m'a mon pere bien trahie
Qui m'a donné à cel vilain.
Cuidoie je morir de fain ?
Certes bien oi au cuer la rage
Quant j'otroiai tel mariage :
Dieus ! porqoi fu ma mere morte !
Si durement se desconforte,
Toutes les gens qui i venoient
Por li veoir s'en retornoient.
Ainsi a dolor demené
Tant que soleil fut esconssé
Que li vilains est reperiez.
A sa fame cheï aus piez,
Et li pria por Dieu merci :
« Sachiez ce me fist Anemi
Qui me fist fere tel desroi ;
Tenez, je vous plevis ma foi
Que jamès ne vous toucherai :
De tant con batue vous ai
Sui je courouciez et dolenz. »
Tant li dist li vilains pulens
Que la dame lors li pardone.
Et à mengier tantost li done
De ce qu'ele ot apareillié;
Quant il orent assez mengié,
Si alerent couchier en pais.

Au matin li vilains pusnais
Ra sa fame si estordie
Por poi qu'il ne l'a mehaingnie,
Puis s'en revait aus chans arer.
La dame commence à plorer :
« Lasse, » dist ele, « que ferai ?
Et comment me conseillerai ?
Bien sai que mal m'est avenu :
Fu onques mon mari batu ?
Nennil, il ne set que cops sont :
S'il le seüst, por tout le mont,
Il ne m'en donast pas itant. »

Que qu'ainsi s'aloit dementant,
Esvos .II. messagiers le roi,
Chascun sor un blanc palefroi ;
Envers la dame esperonerent,
De par le roi la saluerent,
Puis demanderent à mengier
Que il en orent bien mestier.
Volentiers leur en a doné;
Et puis si leur a demandé :
« Dont estes vous et où alez ?
Et dites moi que vous querez. »

Li uns respont : « Dame, par foi,
Nous sommes messagiers le roi;
Si nous envoie .I. mire querre,
Passer devons en Engleterre.
— Por quoi fere ? — Damoiselle Ade,
La fille le roi, est malade;
Il a passé .VIII. jors entiers
Que ne pot boivre ne mengier,
Quar une areste de poisson
Li aresta el gavion :
Or est li rois si corouciez ;
S'il la pert ne sera mès liez. »
Et dist la dame : « Vous n'irez
Pas si loing comme vous penssez,
Quar mon mari est, je vous di,
Bons mires, je le vous afi;
Certes il set plus de mecines
Et de vrais jugemens d'orines
Que onques ne sot Ypocras.
— Dame, dites le vous à gas ?
— De gaber, » dist ele, « n'ai cure,
Mès il est de tele nature
Qu'il ne feroit por nului rien,
S'ainçois ne le batoit on bien. »
Et cil dient : « Or i parra,
Ja por batre ne remaindra;
Dame, où le porrons nous trover ?
— Aus chans le porrez encontrer :
Quant vous istrez de ceste cort,
Tout ainsi con cil ruissiaus cort
Par defors cele gaste rue,
Toute la premiere charrue
Que vous troverez, c'est la nostre.
Alez; à saint Pere l'apostre, »
Fet la dame, « je vous commant. »

Et cil s'en vont esperonant,
Tant qu'ils ont le vilain trové.
De par le roi l'ont salué,
Puis li dient sanz demorer :
« Venez en tost au roi parler.
— A que fere? » dist li vilains.
— Por le sens dont vous estes plains;
Il n'a tel mire en ceste terre :
De loing vous sommes venu querre. »
Quant li vilains s'ot clamer mire,
Trestoz li sans li prent à frire ;
Dist qu'il n'en set ne tant ne quant.
« Et qu'alons nous ore atendant ? »
Ce dist li autres ; « bien sez tu
Qu'il veut avant estre batu
Que il face nul bien ne die ? »
Li uns le fiert delez l'oïe
Et li autres par mi le dos
D'un baston qu'il ot grant et gros;
Il li ont fet honte à plenté,
Et puis si l'ont au roi mené.
Si le montent à reculons
La teste devers les talons.
Li rois les avoit encontré ;
Si lor dist : « Avez rien trové ?
— Sire, oïl, » distrent il ensamble.
Et li vilains de paor tramble.
Li uns d'aus li dist premerains
Les teches qu'avoit li vilains,
Et comme ert plains de felonie,
Quar de chose que on li prie
Ne feroit il por nului rien,
S'ançois ne le batoit on bien.
Et dist li rois : « Mal mire a ci,
Ainc mais d'itel parler n'oï.
— Bien soit batus puisqu'ainsi est, »
Dist un serjans, «je sui tout prest;
Ja si tost nel commanderois,
Que je li paierai ses drois. »
Li rois le vilain apela :
« Mestre, » fet il, « entendez ça,
Je ferai ma fille venir,
Quar grant mestier a de garir. »
Li vilains li cria merci :
« Sire, por Dieu qui ne menti,
Si m'aït Dieus, je vous di bien,
De fisique ne sai je rien :
Onques de fisique ne soi. »
Et dist li rois : « Merveilles oi :
Batez le moi. » Et cil saillirent
Qui assez volentiers le firent.
Quant li vilains senti les cops,
Adonques se tint il por fols :
« Merci, » commença à crier,
« Je la garrai sanz delaier. »

La pucele fu en la sale
Qui mout estoit et tainte et pale,
Et li vilains se porpenssa
En quel maniere il la garra ;
Quar il set bien que à garir
Li covient il ou à morir.
Lors se commence à porpensser,
Se garir la veut et sauver,
Chose li covient fere et dire
Par qoi la puisse fere rire
Tant que l'areste saille hors,
Quar el n'est pas dedenz le cors.
Lors dist au roi : « Fetes .I. feu
En cele chambre en privé leu ;
Vous verrez bien que je ferai,
Et se Dieu plest, je la garrai. »
Li rois a fet le feu plenier;
Vallet saillent et escuier,
Si ont le feu tost alumé
Là où li rois l'ot commandé.
Et la pucele au feu s'assist
Seur .I. siege que l'en li mist;
Et li vilains se despoilla
Toz nuz, et ses braies osta,
Et s'est travers le feu couchiez,
Si s'est gratez et estrilliez :
Ongles ot grans et le cuir dur,
Il n'a homme dusqu'à Samur
Là on louast grateeur point
Que cil ne fust mout bien à point.
Et la pucele qui ce voit,
A tout le mal qu'ele sentoit,
Vout rire, si s'en esforça
Que de la bouche li vola
L'areste hors enz el brasier.
Et li vilains sanz delaier
Revest ses dras et prent l'areste,
De la chambre ist fesant grant feste;
Où voit le roi, en haut li crie :
« Sire, vostre fille est garie,
Vez ci l'areste, Dieu merci. »
Et li rois mout s'en esjoï,
Et dist li rois : « Or sachiez bien
Que je vous aim seur toute rien.
Or aurez vous robes et dras.
— Merci, sire, je nel vueil pas,
Ne ne vueil o vous demorer :
A mon ostel m'estuet aler. »
Et dist li rois : « Tu non feras,
Mon mestre et mon ami seras.
— Merci, sire, por saint Germain,
A mon ostel n'a point de pain :
Quant je m'en parti ier matin,
L'en devoit carchier au molin. »
Li rois .II. garçons apela :
« Batez le moi, si demorra. »
Et cil saillent sanz delaier.
Et vont le vilain ledengier.
Quant li vilains senti les cops
Es braz, es jambes et ou dos,
Merci lor commence à crier :
« Je demorrai, lessiez me ester. »

Li vilains est à cort remez,
Et si l'a on tondu et rez,
Et si ot robe d'escarlate ;
Fors cuida estre de barate
Quant les malades du païs,
Plus de .IIIIXX., ce n'est vis,
Vindrent au roi à cele feste.
Chascuns li a conté son estre ;
Li rois le vilain apela :
« Mestre, » dist il, « entendez ça,
De ceste gent prenez conroi,
Fetes tost, garissiez les moi.
— Merci, sire, » li vilains dit,
« Trop en i a, se Dieus m'aït,
Je n'en porroie à chief venir :
Si nes porroie toz garir. »
Li rois .II. garçons en apele,
Et chascuns a pris une estele,
Quar chascuns d'aus mout bien savoit
Porqoi li rois les apeloit.
Quant li vilains les vit venir,
Li sans li commence à fremir :
« Merci, » lor commence à crier,
«Je les garrai sanz arrester. »
Li vilains a demandé laingne,
Assez en ot comment qu' il praingne :
En la sale fu fez li feus,
Et il meïsmes en fu keus.

Les malades i aüna,
Et puis après au roi pria :
« Sire, vous en irez à val,
Et testuit cil qui n'ont nul mal. »
Li rois s'en part mout bonement,
De la sale ist, lui et sa gent.
Li vilains aus malades dist :
« Seignor, par cel Dieu qui me fist,
Mout a grant chose à vous garir,
Je n'en porroie à chief venir :
Le plus malade en eslirai,
Et en cel feu le meterai ;
Si l'arderai en icel feu,
Et tuit li autre en auront preu,
Quar cil qui la poudre bevront,
Tout maintenant gari seront. »
Li uns a l'autre regardé,
Ainz n'i ot boçu ne enflé
Qui otriast por Normendie
Qu'eüst la graindre maladie.
Li vilains a dit au premier :
« Je te voi mout afebloier;
Tu es des autres li plus vains.
— Merci, sire, je sui toz sains
Plus que je ne fui onques mais :
Alegiez sui de mout grief fais
Que j'ai eü mout longuement ;
Sachiez que de rien ne vous ment.
— Va donc à val ; qu'as tu ci quis ? »
Et cil a l'uis maintenant pris.

Li rois demande : « Es tu gari ?
— Oïl, sire, la Dieu merci ;
Je sui plus sain que une pomme :
Mout a ou mestre bon preudomme. »

Que vous iroie je contant?
Onques n'i ot petit ne grant
Qui por tout le mont otriast
Que l'en en cel feu le boutast,
Ainçois s'en vont tout autressi
Con se il fussent tuit gari.
Et quant li rois les a veüz,
De joie fu toz esperduz,
Puis a dit au vilain : « Biaus mestre,
Je me merveil que ce puet estre
Que si toz gariz les avez.
— Merci, sire, jes ai charmez :
Je sai .I. charme qui mieus vaut
Que gingembre ne citovaut. »
Et dist li rois : « Or en irez
A vostre ostel quant vous voudrez,
Et si aurez de mes deniers
Et palefroiz et bons destriers;
Et quant je vous remanderai,
Vous ferez ce que je voudrai :
Si serez mes bons amis chiers,
Et en serez tenus plus chiers
De toute la gent du païs.
Or ne soiez plus esbahis,
Ne ne vous fetes plus ledir,
Quar ontes est de vous ferir.
— Merci, sire, » dist le vilain;
« Je sui vostre homme et soir et main,
Et serai tant con je vivrai
Ne ja ne m'en repentirai. »

Du roi se parti, congié prent,
A son ostel vint liement ;
Riches mananz ainz ne fu plus :
A son ostel en est venus,
Ne plus n'ala à la charrue,
Ne onques plus ne fu batue
Sa fame, ainz l'ama et chieri.
Ainsi ala con je vous di :
Par sa fame et par sa voisdie
Fu bons mires et sanz clergie.

_________________
Duchesse de Castelmoron d'Albret, Vicomtesse de Beaumont en Périgord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melior
Ancien Régnant
avatar

Nombre de messages : 1143
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fabliaux   05.08.08 8:25

Le vilain mire (français moderne)

Citation :




Jadis vivait riche vilain
Qui était fort avare et chiche.
Toujours avait une charrue,
Que toujours il menait lui-même,
Par jument et roncin tirée.
Beaucoup de pain, de vin, de viande
Avait, et tant qu'il en fallait.
Mais de ne pas avoir de femme
Le blâmaient beaucoup ses amis,
Et tout le pays avec eux.
Il dit, s'il en trouve une bonne,
Qu'il la prendra bien volontiers.
On lui promet qu'on cherchera
La meilleure qui se rencontre.
Dans ce pays, un chevalier,
Qui était vieil homme et sans femme,
Avait une fille, très belle
Et demoiselle fort courtoise.
Mais comme il manquait de richesse,
Le chevalier ne trouvait point
Qui sa fille lui demandât.
Volontiers il l'eût mariée,
Parce qu'elle en était en âge
Et que le temps était venu.
Les amis du vilain allèrent
Au chevalier lui demander
Sa fille pour le paysan
Qui avait tant d'argent et d'or,
Tant de froment, masse de drap.
Il la leur donna aussitôt,
Et consentit au mariage.
La pucelle, qui sage était,
N'osa son père contredire,
Car orpheline était de mère.
Elle accorda ce qu'il lui plut.
Le vilain, le plus tôt possible,
Fit ses noces et épousa
Femme à qui cela pesait fort.
Que n'osa-t-elle dire non !
Quand cette affaire fut passée,
Et la noce et puis tout le reste,
Il ne fallut pas bien longtemps
Pour que le vilain s'aperçût
Qu'il avait fait mauvais marché.
Point ne convient à son usage
D'avoir fille de chevalier.
Quand il ira à la charrue,
Jeune homme ira dans la ruelle,
A qui sont fériés tous les jours.
Et à peine il sera sorti
De chez lui que le chapelain,
Aujourd'hui et demain, viendra
Tant qu'il possédera sa femme.
Elle ne l'aimera jamais,
« Las ! moi chétif, » fait le vilain.
« Je ne sais point quel conseil prendre;
A rien ne sert le repentir. »
Il commence à songer alors
Comment il la préservera.
« Dieu, » fait-il, « si je la battais
Au matin lorsque je me lève,
Elle pleurerait tout le jour
Et je m'en irais au travail,
Bien sûr, tant qu'elle pleurerait,
Nul ne lui pourrait l'amour faire.
Quand je m'en reviendrai le soir,
Je lui demanderai pardon.
Le soir, je la rendrai heureuse,
Mais furieuse le matin.
Je prendrai tôt d'elle congé,
Dès que j'aurai cassé la croûte. »
Le vilain le dîner demande;
Et la dame court l'apporter.
Ils n'eurent perdrix ni saumon,
Mais pain et vin et des oeufs frits
Et du fromage en abondance
Qu'avait conservé le vilain.
Et dès que la table est ôtée,
De la main qu'il a grande et large,
Il frappe sa femme à la face,
Que des doigts la trace y paraît.
Puis par les cheveux la saisit
Le vilain, qui et fort cruel.
Et il la bat tout à fait comme
Si elle l'avait mérité.
Puis va aux champs rapidement;
Et sa femme demeure en pleurs;
« Malheureuse! » elle dit. « Que faire ?
Et comment vais-je me conduire ?
Je ne sais que dire vraiment.
Mon père m'a sacrifiée,
Qui à ce vilain me donne.
Allais-je donc mourir de faim ?
Je dus avoir la rage au coeur
Pour accepter tel mariage.
Ah, si ma mère n'était morte !... »
Très amèrement se désole:
Tous ceux qui venaient pour la voir,
Ne pouvaient que s'en retourner.
Aussi elle a mené sa peine,
Tant que couché fut le soleil
Et que fut rentré le vilain.
Lors il tombe aux pieds de sa femme,
Lui demande pour Dieu pardon:
« Sachez que ce fut l'Ennemi
Qui me poussa à violence.
Tenez, je vous en fais serment,
Jamais plus ne vous toucherai.
De vous avoir battue ainsi
Je suis dolent et furieux. »
Tant lui dit le vilain puant
Que la dame alors lui pardonne,
Et lui donne à manger bientôt
De ce qu'elle avait préparé.
Lorsque leur repas fut fini,
Ils s'allèrent coucher en paix.
Le matin, le vilain puant
A de nouveau battu sa femme
Tant qu'aurait pu l'estropier.
Puis s'en retourne à son labour.
La dame est de nouveau en larmes;
Et dit: <<Malheureuse! Que faire?
Et comment vais-je me conduire?
Je sais que c'est male aventure:
Frappa-t-on jamais mon mari?
Non, il ne sait ce que sont coups;
S'il le savait, pour rien au monde
Il ne m'en donnerait autant. »
Tandis qu'ainsi se désolait,
Voici deux messagers du roi,
Chacun sur un palefroi blanc.
Ils piquent des deux vers la dame.
De par le roi ils la saluent;
Puis ils demandent à manger,
Cars ils en ont bien grand besoin.
Volontiers elle leur en donne;
Et elle leur demande alors:
« D'où êtes-vous ? où allez-vous ?
Dites-moi ce que vous cherchez. »
L'un lui répond: « Dame, par Dieu,
Nous sommes messagers du roi.
Nous devons quérir médecin,
Et aller jusqu'en Angleterre.
--Pourquoi faire? - Damoiselle Ade
Est malade, la fille au roi.
Et il y a huit jours entiers
Qu'elle n'a pu manger ni boire,
Car une arête de poisson
S'est arrêtée en son gosier.
Le roi en est en grande alarme;
S'il la perd, n'aura plus de joie. »
La dame dit: « Vous n'irez point
Aussi loin que vous le pensez,
Car mon mari est, je vous dis,
Bon médecin. Je vous assure.
Certes, il sait plus de remèdes
Et plus de jugements d'urines
Que jamais n'en su Hippocrate.
- Dame, est-ce une plaisanterie?
- De plaisanter je n'ai point cure.
Mais il est ainsi fait, » dit-elle,
« Qu'il ne ferait rien pour personne
Si d'abord on ne le battait.
- On y parera, » disent-ils.
« Point ne manquera-t-il de coups.
Dame, où le pourrons-nous trouver?
- Le pourrez rencontrer aux champs.
Quand vous sortirez de la cour,
Suivant le cours de ce ruisseau,
Plus loin que ce chemin désert,
La toute première charrue
Que vous trouverez, c'est la nôtre.
Allez. A l'apôtre saint Pierre, »
Fait la dame, « je vous confie. »
Et ils s'en vout piquant leurs bêtes,
Tant qu'ils ont trouvé le vilain.
De par le roi l'ont salué;
Et ils lui disent sans retard:
« Venez vite parler au roi.
- Pourquoi faire? » dit le vilain.
« Pour votre parfaite science.
Il n'est tel médecin sur terre.
De loin nous venons vous chercher. »
Quand s'entend nommer médecin,
Tout son sang se met à bouillir.
Il dit qu'il ne sait rien du tout.
« Et qu'attendons-nous davantage ? »
Dit l'un des autres. « Tu sais bien
Qu'il veut toujours être battu,
Avant qu'il fasse ou dise bien ! »
L'un le frappe près de l'oreille,
Et l'autre en plein milieu du dos
D'un bâton grand, gros et solide.
Ils l'ont malmené tant et plus,
Et puis ils l'ont conduit au roi.
A reculons le font monter,
La tête en place des talons.
Le roi accourt à leur rencontre.
« Avez-vous rien trouvé ? » dit-il.
« Oui, sire » dirent-ils ensemble;
Et le vilain tremble de peur.
L'un deux lui dit premièrement
Les talents qu'avait ce vilain,
Et combien trompeur il était,
Car de chose dont on le prie
Il ne ferait rien pour personne
Qu'auparavant ne soit battu.
Le roi dit: « Méchant médecin!
Jamais n'ouïs parler de tel.
- Bien soit battu, puisqu'ainsi est, »
Dit un sergent, « tout prêt je suis.
On n'aura qu'à le commander
Et je lui donnerai bon compte. »
Le roi appela le vilain.
« Maître, » fait-il, « écoutez donc:
Je vais faire venir ma fille,
Qui de guérir a grand besoin. »
Le vilain pitié lui demande:
« Sire, pour Dieu qui ne mentit,
Et Dieu m'aide, je vous dis vrai:
De physique ne sais-je rien;
Et jamais rien je n'en ai su. »
Le roi dit: « J'entends à merveille.
Battez-le-moi. » Alors s'approchent
Ceux qui le feront de grand coeur.
Lorsque le vilain sent les coups,
Aussitôt pour fol il se tient.
Il se met à leur crier : « Grâce!
Je la guérirai sans retard. »
La pucelle entre dans la salle.
Elle est très pâle et sans couleur.
Et le vilain songe en lui-même
Comment il pourra la guérir.
Car il sait bien qu'il doit le faire
Ou qu'il y trouvera la mort.
Il se met alors à songer.
S'il veut la sauver et guérir,
Il lui faut faire et dire chose
Qui la fasse tant rire et tant
Que l'arête hors de la gorge
Saute, car point n'est dans le corps.
Lors dit au roi: « Faites un feu
En cette chambre, et qu'on nous laisse.
Vous verrez bien que je ferai,
S'il plaît à Dieu, qu'elle guérisse. »
Le roi commande un feu ardent.
Les écuyers et valets sortent,
Qui ont le feu tôt allumé
Là où le roi le leur a dit.
La pucelle s'assied au feu
Sur un siège qu'on y apporte.
Alors le vilain se dépouille,
Tout nu, et ôte ses culottes;
Et se couche le long du feu;
Et il se gratte et il s'étrille.
Il a grands ongles et cuir dur.
Jusqu'à Saumur, il n'est nul homme,
Si bon gratteur que l'on le croie,
Qui ne le soit moins bon que lui.
La pucelle, en voyant cela,
Malgré tout le mal qu'elle sent,
Veut rire, et elle fait effort,
Tant que de sa bouche s'envole
L'arête jusqu'en plein brasier.
Et le vilain, sans plus attendre,
Se rhabille et puis prend l'arête.
Faisant fête, il sort de la chambre.
Dès qu'il voit le roi, haut lui crie:
« Sire, votre fille est sauvée.
Voici l'arête, grâce à Dieu. »
Et le roi se réjouit fort.
Le roi lui dit: « Sachez donc bien
Que je vous aime plus que tout.
Vous aurez vêtements et robes.
- Merci, sire, je n'y tiens pas,
Et ne veux rester près de vous.
Il faut que j'aille à mon logis.
- Point ne le feras, » dit le roi.
« Mon ami seras et mon maître.
- Merci, sire, par saint Germain,
Il n'y a point de pain chez moi:
Quand hier matin je m'en allai,
On devait au moulin en prendre. »
Le roi appela deux garçons:
« Battez-le-moi; il restera. »
Et ceux-ci viennent aussitôt
Et vont malmener le vilain.
Lorsque le vilain sent les coups
Sur ses bras, son dos et ses jambes,
Il se met à leur crier: <<Grâce!
Je resterai; mais laissez-moi.>>
Le vilain demeure à la cour;
Et on l'y tond et on le rase;
Il reçoit robe d'écarlate.
Il se croyait hors d'embarras,
Quand les malades du pays
A plus de quatre-vingts, je crois,
Vinrent au roi pour cette fête.
Chacun d'eux lui conte son cas.
Le roi appelle le vilain:
« Maître, » dit-il, « écoutez donc!
De tout ce monde prenez soin.
Hâtez-vous, guérissez-les-moi.
-Grâce, sire, » le vilain dit,
« Ils sont bien trop! Et que Dieu ne m'aide,
305 Je n'en pourrai venir à bout,
Et ne pourrai tous les guérir. »
Le roi appelle deux garçons;
Et chacun d'eux prend un gourdin,
Car ils savent parfaitement
Pourquoi les appelle le roi.
Quand le vilain les voit venir,
Le sang lui frémit aussitôt.
Il se met à leur crier: « Grâce!
Je les guérirai sans retard. »
Le vilain demande du bois.
Il y en avait bien assez;
En la salle on a fait du feu,
Et c'est le vilain qui l'attise.
Il y réunit les malades;
Et alors il demande au roi:
« Sire, vous voudrez bien sortir
Avec tous ceux qui n'ont nul mal. »
Le roi s'en va tout bonnement,
Sort de la salle avec les siens.
Et le vilain dit aux malades:
<<Seigneurs, par ce Dieu qui me fit,
C'est grand travail que vous guérir,
Je n'en pourrais venir à bout.
Le plus malade je vais prendre,
Et le mettre dans ce feu-là.
Dans ce feu je le brûlerai
Les autres en auront profit,
Car ceux qui en boiront la cendre,
Seront guéris à l'instant même.>>
Ils se regardent tous l'un l'autre.
Il n'y a bossu ni enflé
Qui, pour toute la Normandie,
D'avoir le plus grand mal convienne.
Et le vilain dit au premier:
« Je te vois là assez faiblard.
Tu es de tous le plus malade.
-Grâce! Je suis mieux portant, sire,
Que jamais je ne fus avant.
Suis soulagé de bien des maux
Qui bien longtemps m'avaient tenu.
Sachez que je ne mens en rien.
- Descends, qu'attendais-tu de moi? »
Et l'homme aussitôt prit la porte.
Le roi demande: « Es-tu guéri?
- Oui, sire, » fait-il, « Grâce à Dieu;
Et je suis plus sain qu'une pomme.
C'est bon prud'homme que ton maître. »
Que vous irais-je donc contant?
Jamais n'y eut grand ni petit
Qui pour rien au monde convint
Qu'on le boutât dedans le feu;
Mais plutôt ainsi s'en vont-ils,
Comme s'ils étaient guéris tous.
Et quand le roi les aperçut,
Il fut tout éperdu de joie.
Puis il dit au vilain: « Beau maître,
Je voudreais bien savoir comment
Vous les avez guéris si vite!
- Sire, je les ai enchantés.
Je sais un charme qui vaut mieux
Que gingembre ou que zédoaire. »
Et le roi dit: « Retournez donc
A la maison à votre guise;
Et vous aurez de mes deniers,
Bons destriers et palefrois.
Lorsque je vous ferai venir,
Vous ferez ce que je demande.
Et vous serez mon cher ami.
Tout le peuple de la contrée
Vous en aimera davantage.
Ne soyez plus jamais timide,
Et ne vous faites donc plus battre,
Car c'est honte de vous frapper.
-- Merci, sire, » dit le vilain.
« Matin et soir je suis votre homme,
Je le serai toute ma vie,
Et jamais n'en aurai regret. »
Quitte le roi et prend congé.
A son logis s'en va gaîment.
Jamais n'y eut manant plus riche.
Il est venu à son hôtel.
Plus il n'alla à la charrue.
Plus jamais ne battit sa femme;
Mais il l'aima et la chérit.
Tout alla comme je vous conte:
Par sa femme et par sa malice
Fut bon médecin sans clergie.

Explicit du vilain devenu médecin
.

_________________
Duchesse de Castelmoron d'Albret, Vicomtesse de Beaumont en Périgord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melior
Ancien Régnant
avatar

Nombre de messages : 1143
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fabliaux   06.08.08 8:09

De Brifaut (Ancien Français)

Citation :



D'un vilain riche et non sachant,
Qui aloit les marchiez cerchant,
A Arras, Abeville, alanz
M'est venuz de conter talanz; [4]
S'en diré, s'oïr me volez.
Mout doi ge bien estre escoutez.
De ce di ge, que fous que nices,
Que tieus hom n'est pas de sens riches [8]
Où l'en cuide mout de savoir,
S'il ert povres et sanz avoir,
Que l'en tenroit por fol prové.
Issi avons or esprové [12]
Lou voir et fait devenir faus.

Li vilains avoit non Brifaus.
.I. jor en aloit au marchié;
A son col avoit enchargié [16]
.X. aunes de mout bone toille :
Par devant li bat à l'ortoille
Et par deriers li traïnoit.
.I. lerres derrieres venoit [20]
Qui s'apensa d'une grant guille :
.I. fil en une aguille enfille,
La toile sozlieve de terre
Et mout près de son piz la serre ; [24]
Si l'aqueust devant à sa cote,
Près à près do vilain se frote
Qui enbatuz s'ert en la fole.
Brifaus en la presse se foule, [28]
Et cil l'a bouté et sachié
Qu'à la terre l'a trebuchié,
Et la toile li est chaüe,
Et cil l'a tantost receüe; [32]
Si se fiert entre les vilains.
Quant Brifaus vit vuides ses mains,
Dont n'ot en lui que correcier,
En haut commença à huchier : [36]
« Dieux ! ma toille, je l'ai perdue,
Dame sainte Marie, aiüe !
Qui a ma toille ? Qui la vit ? »
Li lerres s'estut .I. petit, [40]
Qui la toille avoit sor son col ;
Au retorner lo tint pour fol,
Si s'en vient devant lui ester,
Puis dist : « Qu'as tu à demander, [44]
Vilains ? – Sire, je ai bien droit
Que j'aporte ci orendroit
Une grant toille ; or l'ai perdue.
– Se l'eüsses ausi cosue [48]
A tes dras com je ai la moie,
Ne l'eüsses gitiée en voie. »
Dont s'en vait, et lou lait atant,
Des sa toille fist son conmant, [52]
Car cil doit bien la chose perdre
Qui folemant la let aerdre.
Atant Brifaus vient en maison ;
Sa feme lou met à raison, [56]
Si li demande des deniers :
« Suer, » fait il, « va à ces greniers ;
Si pren do blé et si lo vent,
Se tu viaus avoir de l'argent, [60]
Car certes jo n'en aport gote !
– Non, » fait ele, « la male goute
Te puist hui cest jor acorer !
– Suer, ce me doiz tu bien orer, [64]
Et faire encor honte graignor.
– Ha ! par la crois au Sauveor,
Qu'est donc la toille devenue ?
– Certes, » fait il, « je l'ai perdue. [68]
– Si com tu as mençonge dite !
Te preigne male mort soubite.
Brifaut, vos l'avez brifaudée,
Car fust or la langue eschaudée [72]
Et la gorge par où passerent
Li morsel qui si chier costerent ;
Bien vos en devroit en devorer.
– Suer, si me puist Morz acorer, [76]
Et si me doint Dieus male honte,
Se ce n'est voirs que je vos conte. »
Maintenant Morz celui acore,
Et sa feme en ot pis encore, [80]
Que ele enraja tote vive.
Cil fu tost mors ; mais la chaitive
Vesqui à dolor et à raje.
Ensi plusor par lor otraje [84]
Muerent à dolor et à honte.

Ci fenit de Brifaut
.

_________________
Duchesse de Castelmoron d'Albret, Vicomtesse de Beaumont en Périgord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melior
Ancien Régnant
avatar

Nombre de messages : 1143
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fabliaux   06.08.08 8:17

Brifaut (Français Moderne)

Citation :

L'envie me prend de vous raconter l'histoire d'un vilain riche et ignorant, qui courait les marchés d'Arras à Abbeville: je commence, si vous voulez bien m'écouter. [...] Le vilain s'appelait Brifaut. Il s'en allait donc un jour au marché. Il portait sur son dos dix aunes de fort bonne toile, qui lui frôlait les orteils par devant et traînait au sol par derrière. Un voleur le suivait, qui inventa une belle duperie.
Il enfile une aiguille, soulève la toile de terre et la tient serrée tout contre sa poitrine; il la fixe sur le devant de sa chemise et se colle au vilain dans la foule. Brifaut est pressé de toutes parts et notre larron tant le pousse et le tire qu'il le jette par terre. La toile lui échappe. Le voleur l'attrape et se perd au milieu des autres vilains.
Quant Brifaut se voit les mains vides, il est submergé de colère et se met à crier de tous ses poumons: « Mon Dieu! Ma toile, je l'ai perdue! Ma dame sainte Marie, à l'aide! Qui a ma toile? Qui l'a vue? » La toile sur le dos, le voleur s'arrête et, prenant l'autre pour un sot, vient se planter devant lui et dit:
– De quoi te plains-tu, vilain?
– Seigneur, je suis dans mon droit, car je viens d'apporter ici une pièce de toile, que j'ai perdue.
– Si tu l'avais cousue à tes vêtements comme j'ai fait avec la mienne, tu ne l'aurais pas perdue en chemin.
Et il s'en va sur ce, sans en dire plus. De la toile il fait ce qu'il veut, car chose perdue n'a plus de maître.
Brifaut n'a plus qu'à rentrer chez lui. Sa femme l'interroge, s'informe des deniers.
– Ma mie, fait-il, va au grenier chercher du blé et vends-le, si tu veux avoir de l'argent, car en vérité je n'en rapporte goutte.
– Ah non, fait-elle, puisse une crise de goutte te terrasser sur l'heure!
– C'est belle chose à me souhaiter, ma mie, pour me faire encore plus grande honte!
– Mais, par la croix du Christ, qu'est devenue la pièce de toile?
– Je l'ai perdue, fait-il, c'est vrai.
– Et tu en as menti! Que la mort subite t'emporte! Filou de Brifaut, tu me l'as brifaudée! Tu en as le gosier et la panse encore bien chauds, ah bâfrer à pareil prix! Ah, je te déchirerais à belles dents!
– Ma mie, que la mort m'emporte et que Dieu me foudroie, si je ne te dis pas la vérité!
Aussitôt, la mort l'emporta et sa femme fut dans de plus mauvais draps encore, tant elle rageait et enrageait. Son mari décédé, la malheureuse lui survécut dans le chagrin le plus extrême.[...] Ici se termine notre histoire.


[hrp]Traduit par Vincent NADEAU sur le texte du manuscrit de Berne, 354, édité dans MONTAIGLON, Anatole de, et Gaston RAYNAUD, Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles, t. IV, Paris, Librairie des bibliophiles, 1880, p. 150-153.[hrp]

_________________
Duchesse de Castelmoron d'Albret, Vicomtesse de Beaumont en Périgord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fabliaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fabliaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Présentation du Mécénat Ducal de mars 1456
» L’Histoire de Fauvain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château de Périgueux :: Bibliothèque :: Ouvrages littéraires-
Sauter vers: