AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Bienvenue au chateau de Périgueux


Partagez | 
 

 [Baronnie] Châteauneuf-sur-Charente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henry_de_Silly
Comte(sse) du Périgord-Angoumois
avatar

Nombre de messages : 2618
Emploi : Secrétaire d'Etat & Héraut d'Armes
Date d'inscription : 26/04/2010

MessageSujet: [Baronnie] Châteauneuf-sur-Charente   07.07.12 14:59

CHATEAUNEUF-SUR-CHARENTE


- -



Héraldisme
  • Rang du fief :
  • Blasonnement : "Burelé d'argent et d'azur, au lion contourné de gueules brochant sur le tout." [Geoffroy De LUSIGNAN]
  • Ancien nom [/b]: Bardeville (ou Berdeville) -Castelli Novi honor 1147 - de Castelnovo 1245 - Val Charente (Révolution) - Surin-Charente.
  • Devise : "Qui craint moins la mort que les lions" (Qui Plus Mortis Contemptor Quam Leo) [Geoffroy De LUSIGNAN]
  • Actuel Seigneur :
  • Ancien Seigneur : Alistiel
  • Nom des habitants :Castelnoviens et Castelnoviennes.

  • Seigneuries historiques :
    - Maumont
    - Tourtron
    - Le Rosier

  • Seigneuries octroyées : -


Situation géographique : Au cœur de la région du cognac et du pineau, Châteauneuf est située entre Angoulême et Cognac. La commune est traversée par la Charente, en aval d'Angoulême et en amont de Jarnac, fleuve qui forme un grand méandre. La Noue est un petit bras de la Charente situé sur la rive droite du méandre. La Vélude, ruisseau venant de Saint-Estèphe et affluent de la Charente sur sa rive gauche, limite la commune au nord-est. Deux autres petits affluents prenant naissance dans la commune au pied de la cuesta traversent la ville avant de se jeter dans la Charente. On trouve aussi quelques fontaines et lavoirs, comme la Font qui pisse au pied de Haute Roche. Le site même où s'étend la ville permet de comprendre pourquoi il fut choisi par ses premiers occupants : présence d'une île sur la Charente, facilitant le passage à gué, permettant d'établir un ouvrage défensif... fond de vallée avec des terres fertiles, régulièrement inondées et donc amendées par la Charente... présence d'un relief parfois escarpé, dont celui qui accueillera le second château, falaises calcaires donnant d'excellentes pierres de construction... coteaux propres à la culture de la vigne et des céréales...

[img[/img]

Généralités historiques
  • Châteauneuf est une ville ancienne. Les grottes préhistoriques de Haute-Roche, dans la vallée de la font qui pisse , prouvent que les hommes y vécurent il y a plusieurs millénaires. Gaulois et Romains y ont également laissé des vestiges.

  • La ville s'est d'abord appelée Berdeville, avant de devenir Châteauneuf. L'étymologie du mot Berde reste à étayer, mais ce mot semble désigner les terres basses et alluvionnaires, comme celles que l'on trouve dans le lit majeur de la Charente et qui, drainées, constituent aujourd'hui de très bonnes terres agricoles. La racine Berde ou Borde ou Burde est à rattacher aux terrains déprimés, humides, proches des cours d'eau. Ce serait ainsi l'étymologie de Bordeaux, ville située dans les marais de la Garonne - un cours d'eau près de Bordeaux se nomme l'Eau Bourde.

  • Le premier château, sur l'île de la Fuie, une île de la Charente, existait déjà probablement du temps de Clovis et fut incendié vers 1081. Sa situation lui permettait de contrôler la navigation sur la Charente et probablement le franchissement du fleuve par un gué ou peut-être un premier pont. Il s'agissait certainement d'un fortin primitif, en bois, du type de la motte castrale. Après l'incendie, un nouveau château fut construit, en pierre, sur le coteau voisin en rive gauche de la Charente, dominant le site initial, d'où le nom de « chasteau neuf ». La ville même était très probablement fortifiée, plusieurs documents mentionnant la présence de portes, douves et fossés. Il n'en reste plus trace de nos jours, pas plus que du château dont les derniers vestiges sont incorporés à l'urbanisation actuelle. Le manoir ou logis de Berdeville, à côté de l'église, et qui présente quelques éléments de fortification, ne doit pas être confondu avec le château principal : ce manoir fut probablement construit au XVe siècle par la famille Bompart, qui n'étaient pas les seigneurs du lieu. Il fut profondément remanié par la suite et abrite aujourd'hui l'hôpital. Il fait face à l'église, formant avec elle un ensemble pittoresque.

  • Châteauneuf appartient tout d'abord aux Taillefer comtes d'Angoulême. Le comte d'Angoulême vend les terres en 1098. Châteauneuf reviendra aux Angoulême en 1242, grâce à son rachat par Isabelle d'Angoulême mariée à Hugues X de Lusignan, qui donneront la seigneurerie à un de leurs cadets, Geoffroy de Lusignan. De ce dernier viennent le blason de la ville et sa devise "Qui craint moins la mort que les lions".

  • Ultérieurement, la seigneurie de Chateauneuf passa à Jean d'Eslion, sieur d'Arlay, puis à Amaury et à Guillaume de Craon, seigneurs de Jarnac, et enfin à Guy de la Rochefoucauld, huitième du nom, qui l'acheta à Guillaume de Craon dont il était le gendre, ayant épousé sa fille Marguerite.

  • Le traité de Brétigny signé en 1360, donna Châteauneuf aux Anglais. Ils l'occupèrent pendant vingt ans puis la seigneurie fut donnée en apanage à Louis d'Orléans, frère du roi Charles VI ; son petit-fils Charles, père de François Ier, mourut à Châteauneuf le 1er janvier 1496. Sa veuve, Louise de Savoie, duchesse d'Angoulême, conserva cette seigneurie jusqu'à son décès le 22 septembre 1531. Temporairement possédée par Philippe Chabot, amiral de France, la seigneurie de Châteauneuf passa ensuite à la couronne au milieu du XVIe siècle.

  • Châteauneuf eut à souffrir des guerres de religion, et fut occupée tour à tour par les deux partis en guerre.

  • Par la suite, les rois de France engagèrent la seigneurie à divers seigneurs, Châteauneuf passant ainsi successivement, aux sieurs de Rochechouart, puis de Mortemart, au duc d'Epernon, au maréchal de Navailles, à la marquise de Courcillon, aux marquis de Brunoy…

  • Enfin le comte d'Artois reprit la seigneurie en 1777, à titre d'apanage, et la conserva jusqu'à la Révolution.

  • Quelques fiefs...
    - Maumont : "Le premier membre est le fief et seigneurie de Maumont dans la paroisse de Macqueville qui est en droit de châtellenie et relève du Roi à cause de Châteauneuf"
    - Tourtron : "Guillaume de Saint-Hermine, Valet, titre équivalent à celui d’Ecuyer, Seigneur de Tourtron & de Pont-Breton, qui rendit aveu en mil quatre cent un, à Louis, Duc d’Orléans, Comte d’Angoulême, du Fief de Tourtron, mouvant de la Châtellenie de Châteauneuf, en fit hommage en mil quatre cent onze, à Jean, Comte d’Angoulême".




Vestiges préhistoriques et antiques
  • Un habitat préhistorique est attesté.
  • Le site de plein air de Fontaury correspond à Homo sapiens.
  • La grotte à Melon est un site Moustérien.
  • Voie romaine.
    Le Chemin boisné passe d'ailleurs tout à côté de Châteauneuf, sur les coteaux voisins, son emprise étant toujours utilisée.


Architecture civile
  • Château Fort, Château (XI e s.)
    Patrimoine classé ou inscrit dit 'Château Fort'
    Localisation inconnue
    État : détruit
    Le premier château, situé dans l'île de la Fuie, fut incendie vers 1081. Le nouveau château aurait été construit, à partir de cette date, vers l'actuel champ de foire. Les Anglais l'occupèrent de 1360 à 1376. Jean le Bon, Charles V et François Ier y séjournèrent. En 1725 ne subsistait qu'une vieille maison qui tomba en ruines. Il est difficile, actuellement, de situer son emplacement.

  • Pont médiéval
    Le pont sur la Charente, très ancien, était au Moyen Âge le seul pont de pierre sur le fleuve entre Cognac et Angoulême. Il avait une grande importance : il a été gardé par les Anglais par le traité de Brétigny (1360) et repris en 1380 avec destruction partielle de l'église.
    Le pont médiéval a malheureusement souffert de la sécheresse de 1976 : le très bas niveau de l'eau dans la Charente a mis à sec les fondations sur pilotis de bois, qui ne se conservent parfaitement qu'à condition de ne pas entrer en contact avec l'air. Ceci a provoqué l'effondrement partiel d'une pile du pont. La décision a été prise alors de démolir l'ouvrage, et de le remplacer par un pont en béton, d'un gabarit plus important. Le site y a perdu beaucoup de son charme, mais la circulation sur la Charente en a été améliorée. Pendant les travaux, les usagers ont traversé la Charente sur un pont militaire provisoire.

  • Moulin - Ile Mattard - 3e quart 12e siècle ; milieu 19e siècle
    Premier moulin construit en 1157 ; en 1826 il y avait 13 moulins ; plusieurs mentions au 19e siècle ; en 1863 un incendie ravage la scierie installée dans l'île ; actuellement il ne reste qu'un moulin, du milieu 19e siècle

  • Manoir lieu dit Chassors (XIVe - XVIIIe s.)
    Patrimoine classé ou inscrit dit 'Manoir'
    Pilastres cannelés - chapiteaux ioniques - Rez-de-chaussée -1 étage carré
    Parties constituante : pigeonnier - communs - cour - jardin
    Jean le Bon y aurait séjourné vers 1360. Le logement actuel date du 18e siècle

  • Manoir dit Logis de Barqueville ou Berdeville (XVe - XVIe - XIXe s.)
    Lors de la fondation de l'église, Chateauneuf n'était qu'un petit bourg appelé Berdeville du nom de ce logis. Selon Martin-Buchey ce fief appartenait au 15e siècle à la famille Bompart, tour et éléments de fortifications peuvent remonter à cette époque. Portails et pigeonnier semblent du 17e siècle. Logis du 19e siècle. Légué en 1870 à la ville pour en faire un hospice. Travaux en 1905 par l'architecte Gervais de Bordeaux et l'entrepreneur Dauchaize de Chateauneuf et en 1908 par les entrepreneurs Gibert, Gerbeaud et Durand d'Angoulême sur devis de Gervais.

  • Logis du Thillet 15e siècle ; 19e siècle - Hôtel- chapelle ; jardin
    Relevait de la seigneurie d'Etaules.
    A la fin du 15e siècle, propriété d'Hélie du Tillet. Logis refait dans la 2e moitié du 19e siècle. Chapelle du 15e siècle, restaurée au 19e siècle. Parquet de la chapelle provenant de l'hôtel Puvis de Chavannes à Paris. Blasons au-dessus des portes et aux clefs de voûte de la chapelle, indéchiffrables

  • Manoir lieu dit Boisragon (XVIIe s.)
    Patrimoine classé ou inscrit dit 'Manoir'
    Rez-de-chaussée ; étage en surcroît
    Parties constituante : communs - cour - parc
    Manoir du 4e quart du 17e siècle. Le fief appartenait au 16e siècle à la famille Gélinard de Malaville. Figure sur la carte de Cassini.

  • Manoir de la Beuve (XVIIe s.)
    Patrimoine classé ou inscrit dit 'Manoir'
    Au lieu-dit Saint-Surin
    éléments remarquables : portail
    Le fief de Saint surin est mentionné en 1657

  • Logis - boulevard Pelisse (XVIIe s.)
    Ancien logis avec porte 17e siècle, le gros-œuvre pouvant être antérieur. Logis construit après 1834. Importants chais du 19e ou du 20e siècle. Portail en réemploi remonté ici récemment. La tradition veut que ce logis soit celui du prieur de Saint-Pierre. Il pourrait également être l'hospice Saint-François dont Nanglard dit qu'il fut fondé en 1620 à l'est de l'église paroissiale sur le bord du Biau. Blason au-dessus du linteau d'une ancienne porte murée, non déchiffré.

  • Maison (XVIIe s.)
    La façade en pignon a été remaniée, deux arcades ont été bouchées.

  • Ferme " les Roullets" (XVIIe s.)
    Cour et parties constituantes du 17e s.

  • Manoir - chemin de Cheneveaux (XVIIIe - XX es.)
    Patrimoine classé ou inscrit dit 'Manoir'
    Parties constituante : cour - communs - pigeonnier
    Édifice daté 1746
    Restaurations importantes après 1953

  • Manoir lieu dit Haute Roche
    Patrimoine classé ou inscrit dit 'Manoir'
    Parties constituante : cour - communs - parties agricoles


Architecture sacrée
  • Eglise Saint-Pierre
    L'église paroissiale Saint-Pierre est remarquable par sa statuaire et en particulier le cavalier du frontispice, qui représente le 1er empereur romain chrétien, Constantin, écrasant le paganisme. Cette statue symbolise la victoire de la chrétienté sur le paganisme, matérialisée par l'édification de l'église, puisque celle-ci fut construite sur un ancien lieu de culte païen. Elle est également remarquable par sa haute façade de 24 mètres, divisée en 3 parties verticales et 3 parties horizontales, elle est considérée comme une des plus belles façades de Charente. De 1846 à 1860, l'architecte Paul Abadie entreprit la restauration de l'église. Les remarquables pentures, les ferrures, les heurtoirs du portail ainsi que la ferronnerie des deux portes vitrées donnant accès à l'église ont été réalisés en 1851 par le ferronnier d'art Pierre François Marie Boulanger‎. L'église est en partie romane (XIIe siècle), en partie gothique avec un clocher gothique (XVe siècle). L'église cache un détail amusant, un escargot sculpté en haut-relief, à l'extrémité de la nef, côté autel. L'escargot est un symbole charentais, censé à la fois représenter le caractère des habitants, discrets, pacifiques, peu enclins à s'exciter, et montrer leur attachement à cet animal, sous l'angle culinaire. Les Castelnoviens aiment à montrer cet escargot à leurs hôtes. Sa recherche occupe les enfants lors de la visite du monument.
    L'église Saint-Pierre était un ancien prieuré bénédictin de l'abbaye de Bassac.
    Elle est classée monument historique depuis 1862
    L'église Saint-Pierre sera à nouveau endommagée lors des révoltes contre la gabelle de 1555 à 1560 et lors des guerres de religion. L'architecte diocésain Paul Abadie fut l'artisan de sa restauration, en deux campagnes, 1846-1850 et 1858-1861.

  • Église de Saint Surin
    Dans les années 700-800, c'est-à-dire à l'époque où régnèrent Clovis puis Charlemagne, les bergers qui demeuraient en colonies dans le secteur élevèrent une église. La petite église de Saint-Surin, désaffectée et vendue au moment où elle allait être inscrite au nombre des monuments historiques, remonte au huitième ou neuvième siècle. Elle a été simplement surélevée et voûtée au onzième siècle. Elle a été donnée à l'abbaye Saint-Florent de Saumur par l'évêque Girard II en 1114. lle est le type authentique et absolument conservé de la plupart des édifices religieux postérieurs de la vallée de la Charente... Sans entretien, la petite église se détériore au fil du temps, mais en 1982, une association naît pour la restauration de l'église. Elle est inscrite monument historique depuis 1925

  • Couvent des minimes - 1620
    Appelés en 1619, les Minimes s'installèrent à Châteauneuf le 1er mai 1620. Leur couvent ne comprenait qu'une église Saint-François-de-Paule et un logis pourvu de sept chambres. Supprimé en 1789, il n'en subsiste qu'une tour.

  • Ossuaire (XIIe s.)
    Recèlerait des vestiges gallo-romains ;
    Ossuaire souterrain - Présence d'ossements


Ressources Naturelles


Citation :
Historique du Fief

Citation :

Sources
-


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry_de_Silly
Comte(sse) du Périgord-Angoumois
avatar

Nombre de messages : 2618
Emploi : Secrétaire d'Etat & Héraut d'Armes
Date d'inscription : 26/04/2010

MessageSujet: Test à Effacer   07.07.12 15:00

Citation :
Nous, LeGueux d'Alanha, Roy d'Armes & Pair de France,

A touts et toutes que la présente liront ou entendront,

Faisons savoir :

Qu' à la suite du décès de messer Alistiel de Lanleff, comte de Chabanais et baron de Chateauneuf,
Qu'ayant constaté la disparition de son épouse, Iphigenieue
Qu'ayant constaté l'absence de descendance légitime et de testament,
Que le collège entendu avons statué ce qui suit.

Que le fief de Chabanais revient à la couronne de Peiregord Engolmès et pourra de nouveau être octroyé pour hauts faits et mérite.

Que le fief de Chateauneuf revient à la couronne de Peiregord Engolmès et pourra de nouveau être octroyé pour hauts faits et mérite.

Qu'afin que nul ne puisse contester la vigueur et l'autorité de la présente, apposons notre scel sur la présente.

Siaga atal.

Fach lo seten d'octobre de l'an MCDLVII en la gleisòla de sant Antòni lo pichòt
Fait le septième d'octobre de l'an MCDLVII en la chapelle de Saint Antoine le Petit.


[HRP/ La date de la fiche de Iphigenieue date du 12 mai 2009 (1457) , Le mariage date du 18 Septembre 1454, l'arrivée de la personne est donc postérieure à l'anoblissement/mariage/décés ou autre, c'est donc un "phoenix".]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Baronnie] Châteauneuf-sur-Charente
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Baronnie] Châteauneuf-sur-Cher
» [Baronnie] Beaucouzé
» Baronnie de Montauban d'Ouvèze
» la neuvieme baronnie
» Très-Saint Flouffe de la Baronnie de La Tour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château de Périgueux :: Hérauderie du Périgord Angoumois :: Bibliothèque Héraldique :: Fiefs du Périgord et de l'Angoumois :: Fiefs Octroyables-
Sauter vers: